Accueil Historique Economie Tourisme Municipalité Vie Pratique Informations


Gîte
Vallée de l'Ilette
Etang de Rochefort
Grotte de l'Ilette
Sentiers pédestres
Eglise
Château

L'Eglise

L'Église (succursale, 5 nivôse an XIII) date dans sa construction actuelle de 1744 et fut consacrée le 27 mars 1746. Une restauration de 1875 a allongé le chœur, dont le fond, à trois pans coupés, porte les statues du Bon Pasteur, de La Vierge, de St Joseph et du Sacré-Cœur, avec vitraux aux armes des familles De La Poèze, Galband du Fort et Lusançay Au fond de la nef, une toile médiocre du Martyre de St Sébastien; du cimetière qui l'entourait, il ne reste plus qu'une vieille et haute croix d'ardoise et la tombe, accolée à la muraille vers le Sud, de "Mme de la Poèze, née des Portes-St-Père, décédée le 08 janvier 1823, âgée de 73 ans".

Sur une croupe de ravin presque inaccessible, l'église apparaît, fondée dès la fin du XIème siècle et dans la dépendance des Bénédictins de Chantoceaux, comprenant dès lors tout le ressort des deux paroisses actuelles de St Sauveur et de Landemont. Cette dernière, qui se constitue au XIIème siècle n'en reste pas moins simple annexe ou fillette, desservie jusqu'à la Révolution par un vicaire.

Le curé, qui réside à St Sauveur, est à la présentation du prieur de Chantoceaux. Les registres de la cure remontent à 1613, mais avec de nombreuses lacunes. Ils sont conservés à la mairie de Landemont.

Pour en savoir plus sur les curés...

La paroisse dépendait de l'Evêché et du grand Archidiaconné de Nantes, du Doyenné de Clisson, de l'Election du Présidial d'Angers, du grenier à sel de St Florent, de la Baronnie de Chantoceaux, du District en 1788 de Beaupréau, en 1790 de St Florent. Comme seigneurs secondaires, le châtelain de la Guiltière, puis de la Colaissière avaient les honneurs dans l'église. On y comptait un grand nombre de pauvres.

La loi du 1er novembre 1791 transféra le chef-lieu de la paroisse et de la commune à Landemont, centre patriotique, au détriment de St Sauveur, animé de sentiments contraires. Les trois commissaires du département, chargés en janvier-février 1792 de mettre en mouvement l'organisation nouvelle, n'éprouvèrent nulle part de plus fortes oppositions. Ils y séjournèrent deux jours et durent requérir par des temps affreux la Garde Nationale d'Ancenis et un détachement du 16è dragons. Les deux communes furent rétablies en 1802, puis réunies de nouveau le 30 septembre 1808, au profit cette fois de St Sauveur; puis ont de nouveau été séparées par ordonnance du 7 juillet 1824.